Comment favoriser l’investissement personnel des apprenants entre deux cours de langues, dans un travail personnel significatif ?

Dans un monde où tout vient vite, il faut constater que l’apprentissage d’une langue suit un rythme assez lent : exercices, répétition, usage. Pas de pratique, pas de progrès: « Use it or loose it ! ». Dès lors comment trouver le temps et la motivation pour travailler entre deux cours?

Avant tout, c’est ce qui se passe en cours qui provoque l’investissement entre les cours. L’apprenant doit bien savoir ce qui est attendu de lui :

Le formateur doit expliquer pourquoi il donne certains exercices, et donner des conseils pratiques sur la façon de les effectuer.

L’authenticité des tâches demandées : il est donné à l’apprenant des exercices qui correspondent à des situations vécues dans le travail au sens large, plutôt que du travail scolaire. Pour cela les vrais besoins de l’apprenant ont été correctement identifiés.

Mais combien de temps ? Il n’est pas nécessaire d’être perfectionniste. Même si on n’y consacre que 10 minutes par jour, c’est mieux que rien. Le formateur sait donner des techniques simples pour y arriver, par exemple : lire à haute voix pendant 3 minutes, regarder la même vidéo plusieurs fois par semaine… Ce sont des petits efforts qui accumulés donnent des résultats en termes de confiance et d’assimilation.